A-t-il voté ?…

En ce jour d’élection présidentielle je voudrais vous présenter une carte d’électeur retrouvée dans les archives familiales. Elle a été établie à partir de la liste électorale du 28 Février 1945.  J’en déduis qu’elle a du être faite pour les élections municipales des 29 Avril et 13 Mai 1945. Ce scrutin est le premier depuis la Libération et le premier également auquel peuvent participer les femmes.

Cette carte est celle de « pépé Bonnefoy », époux de mon arrière grand-mère paternelle, Maria Triboulet.

Sur le recto est indiqué l’adresse du bureau de vote et sur le verso les coordonnées de l’électeur ainsi que sa profession.

Mon arrière grand-père a-t-il voté ? Je n’ai aucun élément de réponse pour le premier tour mais pour le second j’ai la certitude que non puisqu’il est décédé le 7 Mai 1945, entre les deux tours, il y a tout juste soixante-douze ans.

A noter que la carte d’électeur a pris le nom de carte électorale depuis le scrutin du 12 Juin 1994.

Bon dimanche et n’oubliez pas d’aller voter 😉

Publicités

Bonne fête grand-mère !

Aujourd’hui nous fêtons les Augustine, prénom de ma grand-père paternelle dont je vous ai déjà parlé. Tous les ans plusieurs personnes de la famille lui envoyaient  une carte à cette occasion . Parmi celles-ci deux qu’elle a reçues il y a cent ans.

Collection personnelle

Collection personnelle

L’auteur de celle-ci est Jules Bonnefoy, son père adoptif, qui lui écrit à Virignin où elle passe ses vacances chez sa cousine germaine Maria Martin.

Collection personnelle

Collection personnelle

La seconde est écrite par Félicie Botton, sa tante . Cette dernière réponds à une carte qu’Augustine lui a adressée. Félicie lui conseille de bien profiter de ses vacances à Virignin et notamment de ses promenades à vélo. Elle lui conseille également d’éviter les pelles. Fait-elle allusion à sa chute en vélo qui, on le sait aujourd’hui, sera déterminante pour sa vie future ?

Cette date est aussi un anniversaire pour la famille Lallement puisque c’est celle qui marque le retour sur Lyon, en 1946. C’est la crise du logement après guerre, la maison de Vaise est vide depuis le décès de Jules Bonnefoy en 1945, alors la décision de réintégrer cette demeure parut évidente, d’autant plus que mon grand-père a fini sa carrière militaire.

Coll personnelle - environs de Limoges

Coll personnelle – environs de Limoges – 1946

L’oncle de mon père, lui envoie cette carte des environs de Limoges pour lui souhaiter un bon retour à Lyon.

La guerre en Champagne en 1916

Je vous ai déjà parlé de la famille BONNEFOY . Antoine BONNEFOY, frère du second époux de mon arrière grand-mère a bien sur été mobilisé en 1914. Agé de 36 ans il fut incorporé au 111ème RIT comme André MORGE. Durand la guerre il écrivit régulièrement à son frère, sa belle-sœur et sa nièce. Lui-même ne s’étant marié qu’en 1920 et n’ayant pas eu d’enfants.

Extrait arbre BONNEFOY

Extrait arbre BONNEFOY

Le 28 Novembre 1915 il est transféré au 202ème Régiment d’Infanterie comme cela est clairement explicité dans l’extrait du journal des opérations de marche.

Source : Mémoire des Hommes

Source : Mémoire des Hommes

Ce régiment a participé à l’offensive en Champagne en septembre 1915 après avoir réalisé de longs et pénibles travaux. Il subit également deux violentes attaques par gaz asphyxiants.

Les cartes postales ci-dessous furent rédigées les 24 et 31 Janvier 1916. Antoine est toujours en bonne santé et s’en étonne lui-même ! Il comptabilise les mois de guerre et a hâte de retrouver les siens lorsque le conflit sera terminé…