Morts Pour La France et cousins…

A l’occasion du centenaire de la grande guerre, la commune de Gesnes-en-Argonne, a décidé d’honorer ses poilus en organisant une exposition qui se tiendra du 3 au 13 Novembre prochain.

Dans ce cadre, j’ai réalisé une étude généalogique sur les Morts Pour La France de ce village. Mon idée était de relier ces personnes aux habitants actuels mais également de retrouver leurs descendants essaimés en France.

La méthodologie a été la suivante :
Pour chaque soldat j’ai reconstitué son ascendance patronymique, puis, à partir de plus ancien ancêtre connu j’ai établi sa descendance complète, enfin parmi celle-ci j’ai listé les personnes susceptibles d’être encore en vie aujourd’hui.

J’ai regroupé tous les descendants sur un même tableau et les ai triés par ordre alphabétique croissant ; j’ai constaté que certaines personnes apparaissaient plusieurs fois démontrant ainsi que les MPLF avaient un ancêtre commun comme le montre le schéma ci-dessous (cliquez pour plus de lisibilité) :

Lien de cousinage entre 5 soldats de Gesnes

J’ai recensé au moins une dizaine de liens différents entre les soldats avec différentes combinaisons. J’ai aussi constaté que 58% des habitants actuels cousinent avec Jules Arthur Balardelle.

Ma cousine Michèle, a mis en image ces liens, une mini biographie des MPLF et d’autres événements ayant eu lieu au village durant cette période et son travail sera exposé pendant cette manifestation.

Je vous invite donc à vous rendre à cette manifestation qui ne manquera pas d’intérêt si vous avez un lien avec Gesnes. En attendant je vous propose de lire ICI l’article paru dans l’Est Républicain d’hier.

Maintenant il ne reste plus qu’à retrouver les coordonnées des descendants (environ 400) pour les convier à venir voir ce moment important de la vie cette commune, de quoi occuper les mois à venir… 😉

Jean Célestin Fernand BIGAUT

Naît à Gesnes en Argonne le 12 Février 1890 où sa famille est implanté depuis 1740. Il est le fils d’Antoine Victor et de Berthe Elisabeth BIGAUT et l’ainé d’une fratrie de sept enfants.

Au moment de ses vingt ans il est domestique de culture à Rémonville (08) chez mon arrière grand-père Adrien LALLEMENT. Déclaré bon pour le service il est incorporé le 2 Octobre 1911 au 3ème Régiment de Hussards. Devenu 1ère Classe le 13 Mars 1913 il est renvoyé dans ses foyers le 8 Novembre de la même année son certificat de bonne conduite en poche.

En Août 1914 il est mobilisé au 2ème Régiment de Hussards qui en Juillet 1915 se trouve dans le secteur de Neuville-Saint-Vaast (62) comme il est décrit dans l’extrait ci-dessous.

source : gallica

     source : gallica

C’est au cours du 17 Juillet 1915 qu’il est blessé par éclats d’obus aux reins et un peu partout sur le corps. Il apparait sur la liste des blessés extraite des journaux des opérations de marche.

source : Mémoire des Hommes

     source : Mémoire des Hommes

Il mourra finalement des suites de ses blessures le 2 Août 1915 à l’hôpital 52 de Noeux les Mines où il a été évacué. Il est inhumé au cimetière de cette commune dans le carré militaire, tombe 71. Il n’avait que 25 ans.

source : Mémorialgenweb

     source : Mémorialgenweb

Louis Adolphe BIGAUT

Nait à Gesnes en Argonne (Meuse) le 1er Mai 1889. Il est le fils de Ferdinand et de Marie BISTER et l’ainé d’une fratrie de quatre enfants (deux garçons et deux filles). La famille BIGAUT est implantée à Gesnes depuis la fin du XVIIème siècle.

En 1909, année de ses vingt ans, il est recensé pour effectuer son service militaire, il réside alors toujours à Gesnes où il est domestique de culture.

Il est déclaré bon pour le service et le 3 Octobre 1910 il incorpore le 61ème Régiment d’Artillerie en tant que 2ème canonnier conducteur et dix jours après devient 1er canonnier conducteur. Pour plus d’explications sur cette fonction je mets ci-dessous l’extrait d’une discussion sur le sujet trouvée sur le forum « pages14-18 » :

forum 14-18

Le 1er Octobre 1912 il passe dans la réserve de l’armée d’active ayant obtenu son certificat de bonne conduite. Il habite alors à Coulommes et Marqueny (08) où il se marie le 9 Novembre 1912 avec Elise LETINOIS native du village.

En Janvier 1914 il effectue une période d’exercices au 61ème RA qu’il rejoint le 4 Aout suite à la mobilisation générale.  Il décède le 6 Septembre à Souhesmes la Grande (55) des suites de ses blessures à l’âge de 25 ans.

Son acte de décès est transcrit le 24 Janvier 1921 à Coulommes et Marqueny  et c’est sur le monument aux morts de cette commune que son nom est gravé. Je n’ai pas d’information concernant son lieu de sépulture.