Cousin, oui mais par qui ?…

Mon goût pour le « qui peut le plus, peut le moins » m’a amenée à saisir dans ma base généalogique toutes les personnes trouvées au cours de mes recherches, qu’elles aient un lien ou non avec mes ancêtres ou leurs collatéraux. Depuis mes débuts en 1999, cela me donne un nombre d’individus assez conséquent. Mais alors au milieu d’eux comment retrouver mes cousins et l’ancêtre commun qui nous relie ? Pour la famille proche, pas de problème pour me repérer, mais au-delà, je m’y perds un peu…

Mon logiciel de généalogie me permet bien sûr de trouver le lien entre deux personnes ou plus mais ce que je veux c’est une présentation synthétique où je puisse identifier rapidement le sosa commun et le cousin concerné.

Je vous livre ici le fruit de mes réflexions en souhaitant que cela puisse vous servir un jour.

J’ai d’abord créé dans Généatique (mon logiciel) une donnée que j’ai nommée « cousine par ». Pour savoir si je cousine avec Monsieur Personne, j’utilise le traitement proposé par mon outil : « chercher / recherche des liens de parenté  » ; je saisis dans l’écran qui suit les noms des personnes concernées et je lance le traitement. J’obtiens un résultat qui récapitule le ou les liens de parenté existant, comme dans l’image ci-dessous.

Je vais ensuite dans la fiche de Monsieur Personne et j’ajoute la rubrique « cousine par », que je renseigne avec les éléments ci-dessus. Je saisis autant de ligne que de sosas différents et j’obtiens cela :

Ensuite j’élabore une synthèse en utilisant le menu : « documents / liste sélectives / gestion des modèles / nouveau ». Voici les données que je souhaite voir apparaitre dans ma liste : le lien de cousinage, le nom et prénom du cousin, sa date de naissance, sa résidence actuelle, son email et son identifiant geneanet s’il en a un. Je lance le traitement et j’obtiens le document suivant :

Je peux éventuellement le copier dans Excel et le trier comme je le veux, par exemple par commune d’habitation, ce qui me sera utile pour organiser des rendez-vous lors de déplacements sur le terrain.

Et maintenant que j’ai trouvé la méthode, « y a plus qu’à » comme on disait dans ma jeunesse… 😉

Ernest Joseph TARTIVELLE

Naît à Gesnes en Argonne le 11 Mars 1894. Il est le fils de Jules Victor et de Marie Julie Denise MORIN et frère de Jules Nicolas décédé à la guerre en 1915.

De la classe 1914 et compte-tenu des événements il est incorporé directement comme soldat de 2ème classe le 1er Septembre au 166 ème Régiment d’Infanterie.

En 1915 ce régiment cantonne dans la plaine de la Woëvre et du 18 Mars au 8 Avril ont lieu les combats de Marcheville auxquels il participe. Sur sa fiche matricule on apprend qu’il est cité à l’ordre du régiment à la date du 27 Mars 1915 avec les termes suivants : « Est resté plus de vingt minutes dans une tranchée allemande conquise, sous un feu violent, exécutant avec le plus grand calme les ordres de son sergent ». Il est ensuite blessé à Fresnes en Woëvre le 9 Avril 1915.

A la fin du mois de Mai 1917 son régiment reçoit l’ordre de relever le 9° RT dans le secteur du Mont Blond, à l’est de Reims dans la Marne. Ce secteur vient d’être conquis par les Français mais il reste encore les tranchées Flensburg et Blonde aux mains des Allemands. L’ordre est donné le 18 Juin de les prendre à l’ennemi. C’est au cours de cette journée qu’il est tué à l’ennemi avec 36 de ses camarades au Mont Cornillet. Il avait 23 ans et était célibataire.

Il est décoré de la Croix de Guerre avec étoile d’argent comme l’atteste le JO du 4 Novembre 1920.

Source : JO 4 11 1920 sur Gallica

Son décès est transcrit le 20 Mai 1921 à la mairie de Gesnes et il repose à côté de son frère au cimetière communal.

Source : Archives communales de Gesnes

Bonne fête maman !

Retrouvé dans mes archives un cadeau de fête des mères réalisé quand j’étais à l’école primaire (années soixante-dix…) Du papier d’aluminium froissé, un carré de plexiglas ou quelque chose de ce genre sur lequel on peignait directement à l’aide d’un pochoir, le tout réuni par du scotch pour tableau de l’époque… L’idée était que cela ressemble à un vitrail… Et vous, avez vous encore des réalisations de cette époque?…..

Collection personnelle

A-t-il voté ?…

En ce jour d’élection présidentielle je voudrais vous présenter une carte d’électeur retrouvée dans les archives familiales. Elle a été établie à partir de la liste électorale du 28 Février 1945.  J’en déduis qu’elle a du être faite pour les élections municipales des 29 Avril et 13 Mai 1945. Ce scrutin est le premier depuis la Libération et le premier également auquel peuvent participer les femmes.

Cette carte est celle de « pépé Bonnefoy », époux de mon arrière grand-mère paternelle, Maria Triboulet.

Sur le recto est indiqué l’adresse du bureau de vote et sur le verso les coordonnées de l’électeur ainsi que sa profession.

Mon arrière grand-père a-t-il voté ? Je n’ai aucun élément de réponse pour le premier tour mais pour le second j’ai la certitude que non puisqu’il est décédé le 7 Mai 1945, entre les deux tours, il y a tout juste soixante-douze ans.

A noter que la carte d’électeur a pris le nom de carte électorale depuis le scrutin du 12 Juin 1994.

Bon dimanche et n’oubliez pas d’aller voter 😉