Cousin, oui mais par qui ?…

Mon goût pour le « qui peut le plus, peut le moins » m’a amenée à saisir dans ma base généalogique toutes les personnes trouvées au cours de mes recherches, qu’elles aient un lien ou non avec mes ancêtres ou leurs collatéraux. Depuis mes débuts en 1999, cela me donne un nombre d’individus assez conséquent. Mais alors au milieu d’eux comment retrouver mes cousins et l’ancêtre commun qui nous relie ? Pour la famille proche, pas de problème pour me repérer, mais au-delà, je m’y perds un peu…

Mon logiciel de généalogie me permet bien sûr de trouver le lien entre deux personnes ou plus mais ce que je veux c’est une présentation synthétique où je puisse identifier rapidement le sosa commun et le cousin concerné.

Je vous livre ici le fruit de mes réflexions en souhaitant que cela puisse vous servir un jour.

J’ai d’abord créé dans Généatique (mon logiciel) une donnée que j’ai nommée « cousine par ». Pour savoir si je cousine avec Monsieur Personne, j’utilise le traitement proposé par mon outil : « chercher / recherche des liens de parenté  » ; je saisis dans l’écran qui suit les noms des personnes concernées et je lance le traitement. J’obtiens un résultat qui récapitule le ou les liens de parenté existant, comme dans l’image ci-dessous.

Je vais ensuite dans la fiche de Monsieur Personne et j’ajoute la rubrique « cousine par », que je renseigne avec les éléments ci-dessus. Je saisis autant de ligne que de sosas différents et j’obtiens cela :

Ensuite j’élabore une synthèse en utilisant le menu : « documents / liste sélectives / gestion des modèles / nouveau ». Voici les données que je souhaite voir apparaitre dans ma liste : le lien de cousinage, le nom et prénom du cousin, sa date de naissance, sa résidence actuelle, son email et son identifiant geneanet s’il en a un. Je lance le traitement et j’obtiens le document suivant :

Je peux éventuellement le copier dans Excel et le trier comme je le veux, par exemple par commune d’habitation, ce qui me sera utile pour organiser des rendez-vous lors de déplacements sur le terrain.

Et maintenant que j’ai trouvé la méthode, « y a plus qu’à » comme on disait dans ma jeunesse… 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s